Rando aérienne dans la jungle avec la Gibbon Experience

Notre première aventure au Laos ! A la frontière avec la Thaïlande, c’est une randonnée dans la jungle laotienne, entrecoupée d’époustouflantes traversées en tyrolienne et de nuits en plein milieu de la canopée ! C’est ici que se trouvent les plus hautes cabanes en bois au monde : entre 30 et 40m d’altitude. Bref, il y a de quoi se prendre pour un singe… surtout que c’est l’habitat naturel de nombreuses familles de gibbons et autres primates qu’on espère bien évidemment croiser !

>> Vers les infos pratiques

Mes top-5 raisons de tenter l’expérience :

  1. Se prendre pour Tarzan en survolant la canopée à toute vitesse.
  2. Dormir perché dans une des plus hautes cabanes au monde.
  3. Prendre sa douche en chantant au sommet d’un arbre.
  4. Se réveiller au son de la tyrolienne qui apporte le petit-déjeuner.
  5. Dépasser ses peurs de bestioles en tout genre 🙂
Petite vidéo de notre aventure. Merci @johandroneadventures

JOUR 1 : C’est parti pour l’aventure !

On fait connaissance avec nos compagnons d’aventure dans le 4×4 le matin : nous partons pour 3 jours avec un charmant couple de canadiens et un bulgare plutôt rigolo !

Après 2h de route à travers la campagne laotienne, on se lance à l’assaut de la jungle accompagné de nos deux guides, Phia et Sinlao. Il est 11h30, le soleil est déjà haut, on a vite très chaud et on est tout heureux de s’arrêter rapidement pour le lunch ! Là c’est le bonheur : un sandwich emballé dans une feuille de banane… il se trouve que la baguette faire partie de l’héritage colonial français ! Quel régal après 2 mois de riz et de noodles ! 

Avant de pouvoir s’élancer entre les arbres, il faut sérieusement monter, surtout le premier jour.  Notre guide Phia trace et les « marches » du sentier sont plutôt hautes. Heureusement que les nombreux palmiers et bambous nous protègent un minimum du soleil !  

C’est complètement trempé qu’on arrive enfin à la cascade où on sort les maillots ! Il faut avouer que la cascade n’est pas dingue, mais on s’amuse comme des gosses avec la petite tyrolienne qu’ils ont installé pour sauter dans l’eau ! 
Bien rafraichis, on reprend le sentier pour s’arrêter à un camps de base et enfiler nos baudriers. Après quelques explications de sécurité, on se remet en route direction notre première tyrolienne.

On s’envole, ou presque…

30 minutes plus tard elle est là : un long câble de 340m qui traverse la vallée. Mon cœur bat plus fort : l’aventure va véritablement commencer ! Après une grande inspiration, je m’agrippe à la poulie et je m’élance… je suis tellement concentrée sur ma position que ne je vois rien du paysage sur les côtés ! Quelle traversée tout de même, c’est simplement magique de surplomber les arbres et de passer si légèrement d’un côté à l’autre de la vallée !

Une heure et trois tyroliennes plus tard, c’est beaucoup plus détendu qu’on se laisse glisser vers notre première treehouse, une magnifique cabane en bois construite sur 2 étages. On ne s’attendait pas à un tel confort : en bas, une salle de douche et toilette avec eau courante et, à l’étage, une salle commune avec matelas, coin à manger et coin cuisine avec évier. Pour des questions de sécurité (ne pas allumer de feu) les repas sont cuisinés dans le camps de base et… amenés en tyrolienne bien sûr !

Dodo dans les arbres

Il est temps de s’installer pour la nuit ! Je prends la douche la plus folle de ma vie : au son des oiseaux, avec vue sur la jungle et la rivière environnantes, les 4 guêpes qui me tournent autour n’arriveront pas à gâcher mon plaisir ! Johan ose même sortir le drone qu’il fait voler autour de l’arbre! Les photos sont carrément dingues. On installe ensuite nos moustiquaires et on prend bien soin à mettre toutes nos affaires à l’intérieur car il parait que les rats des arbres ne se privent pas de ronger ce qui traine pendant la nuit ! 

Les guides arrivent ensuite avec un délicieux repas et une petite surprise : une bouteille de Happy Water, l’alcool de riz local pour l’apéro. Après quelques instructions de sécurité, ils nous laissent pour la nuit et vont dormir dans le camp de base.  

Frayeurs nocturnes

Honnêtement, on est pas tout à fait à l’aise d’être laissés tout seuls en plein milieu de la jungle… surtout qu’une heure plus tard, en pleine nuit noire nous entendons des voix et voyons 5 lampes torches qui s’activent le long de la rivière. Que se passe-t-il ? C’est tout de même un parc national ? Personne n’est sensé se promener ici la nuit ? On a franchement tous un peu peur, on éteint les lampes et on les observe en silence. Ils se rapprochent lentement de notre campement et n’ont de cesse d’illuminer la cime des arbres. Que veulent-ils donc ? Est-ce des braconniers ? Veulent-ils s’en prendre aux touristes ? Après une heure qui nous parait interminable, ils ont l’air d’enfin passer leur chemin et ce n’est pas très à l’aise qu’on va enfin se coucher. 

JOUR 2 : Tyroliennes à gogo

Le lendemain matin, on se réveille au son de la tyrolienne : nos guides sont là avec le petit-déjeuner : riz, loumpias et curry au menu.  On leur explique notre aventure de la veille et ils ont l’air de dire qu’il y a malheureusement parfois des villageois qui viennent traquer illégalement le raton-laveur 🙁 Dommage quand même que cette réserve naturelle ne soit pas mieux protégée…

Remis de nos émotions, on quitte notre logement pour une folle journée de tyrolienne ! A force de pratique, je me sens plus à l’aise, j’ose enfin regarder autour de moi et piquer la go-pro à Johan ! L’inconvénient, c’est que regarder le paysage n’est pas très aérodynamique et que du coup j’arrive plus difficilement au bout des câbles… et ça demande pas mal d’efforts de se tirer jusqu’au bout ! 

Gibbons, où êtes-vous ?

Après s’être installé et reposé dans notre nouvelle treehouse, on repart pour maximiser nos chances de voir des gibbons. Apparemment ils seraient dans une autre partie de la réserve.  Malheureusement on revient bredouilles… mais en ayant bien profité des tyroliennes. La plus longue de la journée faisait quand même plus de 500m de long !  

Le soir, les canadiens nous annoncent qui se sont fiancés la veille au soir après l’épisode des braconniers ! Dans le noir et sous la moustiquaire, ça nous en bouche un coin ! On fête ça autour d’une nouvelle bouteille de Happy Water et un délicieux repas : des frites et des macaronis en plein milieu de la jungle !  Repu, c’est au son des rats des arbres et des chauves-souris qu’on se glisse sous notre moustiquaire pour un bon dodo ! 

JOUR 3 : Siroter son café en observant des singes ♥

Nos guides nous réveillent tôt pour la dernière journée en arrivant avec de délicieuses baguettes chaudes et de la confiture… Mmmmh ! Mais le clou de la matinée est de prendre notre café en regardant deux singes se prélasser en haut d’un arbre de l’autre côté de la vallée. Même si ce ne sont pas des gibbons, cela nous fait bien plaisir quand même ! 

Le reste de la matinée est consacré au chemin de retour qui compte un bon nombre de  tyroliennes. La plus impressionnante est la dernière, qui est tellement longue (1000m !!!) qu’elle est coupée en deux par une plateforme où on doit changer de câble. C’est assez impressionnant de se détacher si haut !

A midi, on arrive au village : la Gibbon Expérience c’est fini ! Même si on est un peu déçu de ne pas avoir vu de gibbons, cette expérience est véritablement unique en son genre et on revient riche de souvenirs incroyables et de nouvelles rencontres. Une belle manière de commencer notre séjour au Laos ! 

— Remarques —

Ce blog a été écrit originellement pour notre partenaire d’équipement sportif Lecomte 🙂

Je remercie comme d’habitude mon partenaire johandroneadventures.com pour ses magnifiques photos de drone 

INFORMATIONS PRATIQUES

>> vers le haut de la page

Le seul moyen de participer à cette expérience est via l’organisation www.gibbonexperience.org

  • Localisation : Départ du village de Huay Xai à la frontière avec la Thaïlande. Pour aller vers la frontière Thai, il y a un bus officiel avant de reprendre le bus vers Chiang Rai par exemple. Pour continuer au Laos, je conseille de faire l’expérience tranquille de 2 jours en bateau jusque Luang Prabang. Le départ se fait depuis le village de Huay Xai et ça ne coute pas cher.
  • Matériel : prévoir anti-moustique et crème solaire. Il fait humide, donc prendre des vêtements et des chaussures plutôt respirantes. Il ne fait pas du tout froid la nuit.
  • Longueur / parcours : 4 parcours différent sont organisés, de 1 nuit ou 2 nuits. Les nuitées se font généralement dans une cabane différente.
  • Prix : entre 190€ (une nuit) et 320€ (2 nuits) fonction du parcours. Nous avons payé 305€ par personne pour le parcours Waterfall, tout compris. C’est cher, mais unique comme expérience et c’est réinvesti dans la conservation du Parc National Nam Ka.
  • Difficulté physique : pour le parcours Waterfall, sans être un grand athlète il faut tout de même être en forme car on marche beaucoup et ça monte parfois bien ! Le parcours Classic est sensé être plus facile.
  • Petit conseil sur les gibbons : en toute honnêteté, rares sont les gens qui ont la chance de voir des Gibbons (surtout sur le parcours Express de 2 jours). Mieux vaut partir du principe que c’est une expérience unique de ziplining et de camping à travers la jungle pour ne pas être déçus 🙂
  • Assurance : en vous inscrivant, vous devrez signer une décharge totale par rapport à l’organisation (oui oui, meme si un guide oublie de checker votre harnais). Ce n’est pas négociable, donc à vous de voir si vous acceptez les conditions…

>> vers le haut de la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *