Randonnée vers le lac Inle : testée et approuvée :)

A peine arrivés au Myanmar, la première destination de notre tour du monde, on se dirige vers le petit village de Kalaw, point de départ de la mythique randonnée vers le lac Inle. On a hâte de se dégourdir les jambes et de faire un plein de nature !

On a réservé un trek de 3 jours-2 nuits avec une agence spécialisée dans les randonnées de petits groupes. Il parait compliqué de s’aventurer seuls car il n’y a pas de sentiers balisés ni d’auberges officielles sur le chemin ! Chaque guide choisit son propre parcours et arrange les nuitées dans les villages chez des familles qu’il connait. 

Voici déjà la vidéo faite par Johan qui donne un super aperçu de la rondo :


JOUR 1 : 22km – environ 6h30 de marche (avec beaucoup de pauses…)

Nous partons directement à pied de notre hôtel où vient nous retrouver notre guide Rohit, un jeune Birman de 24 ans parlant bien l’anglais. Bonne surprise, personne d’autre ne s’est inscrit et nous partons donc en trek privé ! Cela va très vite s’avérer être une très bonne chose, au vu de nos multiples arrêts photos, séances de drone pour Johan et pauses toilette pour moi, eh oui mon estomac fait des siennes ! 

A la découverte de la campagne birmane

Très vite, nous nous retrouvons hors de la ville à slalomer entre vergers et plantations ! Du thé au maïs en passant par blé, gingembre et mandarines et j’en passe, cette matinée est une magnifique excursion à la découvertes des campagnes birmanes. Les cultures en terrasses, le fauchage à la main et les bœufs en liberté sont un vrai régal pour les photographes-amateurs que nous sommes ! Bon, on l’avoue, en tant que bon citadin, on est bien content que Rohit soit là, car reconnaitre les cultures n’est pas encore notre point fort ! 

Paysages multicolores et buffalos un peu partout ! 

Rohit est d’ailleurs super loquace et répond volontiers à toutes nos questions sur la région, un vrai luxe de l’avoir rien que pour nous ! 

A midi, nous avons droit à un délicieux lunch népalais (il y a eu apparemment pas mal d’immigration népalaise dans la région) au Sky View, un point de vue connu de la région. Mmmh les délicieux chapatis me rappellent les sentiers des Annapurna !

Les femmes qui font les foins dans les champs

L’après-midi est un peu moins variée car nous suivons longtemps la voie ferrée…  Entre les 2 trains quotidiens, les rails ont l’air d’être un sentier local bien pratique !  Partie un peu plus monotone donc, jusqu’à ce que Rohit nous crie de plonger dans les fourrés…  et là, le train du soir passe devant notre nez ! On a tellement trainé avec nos photos qu’on est un peu hors-timing ! Plus de peur que de mal, au final c’est plutôt rigolo de voir le train de si près et les passagers nous dire bonjour à la fenêtre ! 

Un chemin un peu particulier !

Nous quittons enfin la voie pour grimper vers le village de Pattu Pouk où nous avons notre première nuit chez l’habitant. La vue est super dégagée et le coucher du soleil est tout aussi rapide que la chute des températures… très vite on met notre polar et notre doudoune !

Habiter comme les birmans

On est accueilli dans une maison de bambou traditionnelle où cohabitent 3 générations d’une même famille. Les conditions de vie dans les villages sont encore plus rudimentaires qu’on pensait! Pas d’eau ni d’électricité courante (juste quelques panneaux solaires peu puissants). Notre lit (comprendre matelas au sol, couvertures et moustiquaire) est dans un coin de la salle commune, les toilettes dans une cabane dans la cour et pour se laver une cuve en béton dans le jardin… autant dire qu’on fait une toilette approximative et qu’on boit un minimum afin de ne pas devoir se lever la nuit ! 

Le repas est délicieux : on déguste plein de petits plats différents faits avec les légumes du jardin et la grand-mère vient prendre le thé avec nous…  la communication est difficile mais sympathique tout de même !

Comme on est fatigués, qu’on se les caille (je me félicite d’avoir pris mon sac à viande Thermolite avec moi) et qu’il n’y a rien à faire… nous sommes au lit à 9h!


JOUR 2 : 27km – environ 7h30 de marche (avec les pauses…)

On se réveille tôt au son du village… ils mettent de la musique plein pot pas loin ! Dur dur de sortir du lit car il fait encore très froid ! On avale un délicieux déjeuner salé local avant de partir vers 8h30 pour ce qui va s’avérer être la plus belle journée du trekking ! 

Le petit-déjeuner sucré-salé super copieux… on est vraiment reçu comme des rois !

LAujourd’hui les paysages sont beaucoup plus variés et colorés !  On traverse de grandes plaines, on remonte des zones plus sèches et vallonnées, et on admire plein de piments sécher au soleil et même des cerisiers en fleurs !

Les cultures récoltées, c’est beau aussi 🙂

On adore, on prend plein de photos et on accumule (encore) pas mal de retard sur le planning, surtout qu’on s’arrête une heure dans un café pour recharger les batteries du drone… bien nous en a pris, vu les belles photos aériennes de l’après-midi !  

La pause de midi est la bienvenue car il fait extrêmement chaud. Après un excellent lunch, on repart rapidement à l’assaut de quelques collines ! La fin de journée est juste extraordinaire, on assiste au retour des champs des paysans du village de Pe Thu Porkk où nous allons dormir. Il y en a du monde et des bœufs sur les chemins ! 

Notre logement est tout aussi basique que la veille, cette fois-ci dans la maison en bois d’un couple assez âgé de fermiers qui ne cherchent pas trop le contact. Mais tant mieux, on est épuisé et à nouveau on se couche super tôt ! 


JOUR 3 : 17km – environ 5h de marche (toujours avec plein de pauses…)

Réveil 6h30 car Rohit veut arriver bien à l’heure au lac… c’est qu’il commence à nous connaitre J  La bonne odeur de feu me motive à sortir me promener avant d’avaler les délicieux pancakes au miel que Rohit nous prépare !

La brume se dissipe doucement au-dessus des champs de blé,  c’est juste superbe ! 

Le village est déjà bien réveillé et un peu partout les villageois allument des petits feux dans les jardins pour réchauffer l’air ambiant et faire du thé… du coup l’atmosphère déjà brumeuse est bien renforcée ! 

Après 2 heures de marche nous rentrons dans la zone protégée du lac Inle et là le chemin est nettement moins sympathique car nous retrouvons d’autres groupes et suivons la grande route un bon moment avant de bifurquer et descendre à pic vers le lac. La végétation devient plus verte et plus danse : cactus et bambous à profusion ! Sur le coup, je suis un peu déçue par la vue ! Je ne sais pas pourquoi, j’imaginais une arrivée spectaculaire avec une vue à 360° sur le lac! Mais pas du tout, la vue est assez bouchée  et on arrive par un long bras du lac, pas du tout sur le lac-même. 

Heureusement, ma déception est de courte durée car après le lunch et nos adieux à Rohit, nous embarquons sur un petit bateau privé avec tous nos sacs (on avait laissé le gros de nos sacs à Kalaw) pour traverser le lac.

Une fin de rando parfaite : en bateau sur le lac !

Et là c’est la récompense ! On navigue au milieu des villages sur pilotis, des jardins flottants, on passe à côté de pagodes avant d’arriver au milieu du lac et d’observer les traditionnels one-legged fishermen à l’action avec leur grand panier! Une fin de journée parfaite pour clôturer la première rando de notre tour du monde! 

pêcheur typique du Lac Inle, Myanmar,
Pêcheur typique du lac

INFORMATIONS PRATIQUES

2 options possibles : 2 jours ou 3 jours

Pour la randonnée de 2 jours, ils déposent en voiture sur le chemin de 3 jours (environ après 1h de marche de la 2ejournée du trek de 3 jours)

Info importante : lors du retour en bateau, sachez qu’il est possible de demander à votre batelier de vous arrêtez partout sur le lac. Je conseille spécialement : les jardins flottants (floating gardens, la Pagode Phaung Daw Oo, le Monastère Nga Phe Kyaung (Cat Monastery) ==> voir mon autre article pour plus d’infos sur le lacs et ses alentours

Prix pour 3 jours : entre 45 et 55 USD (+ 10 USD de droit d’entrée dans le parc Inle) tout compris sauf l’eau en bouteille

Les températures extrêmes sont les plus grandes difficultés de ce parcours :

En janvier, on a marché sous une chaleur jusqu’à 25°C en journée à et dormi autour des 7°C la nuit

Randonnée sans aucune difficulté technique 

  • Dénivelé négatif de Kalaw à 1320m d’altitude pour arrive au Lac Inle à 887m d’altitude. 
  • Relief vallonné : approximativement on parcourt 40% plat – 40% de descente – 20% montée
  • Nous avons fait le trekking avec l’agence EAGLE trekking spécialisée en petits groupes et en étions très contents

Matériel recommandé : Prendre le strict nécessaire dans son petit sac à dos de jour et le gros sac sera amené à l’arrivée du trekking. Voici quelques incontournables :

  • Chaussures respirantes pour pays tropicaux (personnellement on voyage avec des Aigle pour Claire et des Lafuma pour Johan, on est super contents)
  • Crème solaire et chapeau
  • Pull et doudoune pour la fin d’aprem, soir !  
  • Sac à viande Thermolite, ça ne prend pas de place et c’est sacrément utile pour rajouté quelques degrés la nuit!
  • Rouleau de papier de toilette 🙂
  • Power-bank ou batteries supplémentaires pour appareil photo

Remarque : cet article est partagé avec notre partenaire Lecomte (super magasin de rando et alpinisme à Bruxelles) et disponible également sur leur site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *