Rando dans le paradis du Parc Tayrona

4.7
(7)

Pour notre première randonnée en Colombie, nous partons à la découverte du parc naturel de Tayrona, une réserve naturelle protégée le long de la côte Caraïbe. 

Le parc de Tayrona fait souvent la une des guides de voyages en Colombie grâce à ses plages paradisiaques et sa biodiversité étonnante : sa forêt abrite toucans, tamanoirs, jaguars,… Pour le visiter au mieux, nous partons pour 2 jours de randonnée et allons suivre un itinéraire légèrement hors des sentiers battus.  Nous rêvons déjà à la nuit que nous allons passer dans une petite cabane sur la plage de Playa Brava! 

Visiter le Parc Tayrona en 2 jours


Départ départ de Calabazo

Pour une fois, on ne se lève pas à l’aube ! C’est que nous ne sommes pas seuls ! La maman et la soeur de Johan ainsi que mon amie Morgane nous ont rejoints pour Noël et ils souffrent encore un peu du décalage horaire 🙂

Dès le petit déjeuner, on est plongé dans l’ambiance du parc Tayrona: depuis notre table nous pouvons observer une colonie de singes capucins passer d’un arbre à l’autre. Ils sont justes trop mignons ! 

Nous démarrons du petit village de Calabazo, une entrée mineure du parc. La maman et la soeur de Johan partent à cheval tandis que Johan, Morgane et moi comprenons vite la couleur de la randonnée : nous allons transpirer ! En effet, nous devons passer de l’autre côté d’une petite montagne pour accéder à la côte… il est 8h du matin et il fait déjà 26°C…

Le premier tronçon de route est bien emménagé mais vraiment raide. Heureusement la récompense est bientôt là : nous avons de magnifiques vues sur la Sierra Nevada environnante. On ne le savait pas avant d’y être : la Sierre Nevada de Santa Marta est en fait la chaine de montagne côtière la plus élevée au monde !

Devant nous s’ouvre un relief vallonné vert, dont les sommets émergent lentement de la mer de nuage matinale.  C’est tout simplement magnifique !

Rencontre avec les indiens Kogui 

Après 1h30 de montée sans croiser personne, nous apercevons des habitations traditionnelles d’indiens Kogui, une tribu native locale. Je n’ose pas m’approcher pour prendre des photos et me contente de les observer. Ils sont tous vêtus de blanc, ont de longs cheveux noirs et leur physique est très différent des colombiens que nous avons vu jusqu’alors. Ils font effectivement plus « indiens ». 🙂 Nous apprendrons plus tard qu’ils vivent comme leurs ancêtres en harmonie avec la Terre Mère qu’ils ont pour but d’honorer dans toutes leurs actions. Je suis vraiment marquée par l’impression de paix qui émane d’eux. 

Peu après, nous faisons une halte bien méritée dans le mini-hameau de Pueblito où une limonade bien fraiche nous remet d’aplomb !

Au coeur de la forêt tropicale

Encore 20 min de montée avant de pouvoir profiter de la descente. Ici, les paysages changent, on est vraiment en plein cœur de la forêt tropicale. 

Les chemins se rétrécissent et deviennent sinueux,  la végétation est super luxuriante et la vie grouille de partout ! Je ne me lasse pas d’observer les troncs des différents arbres le long du chemin : à motifs, à picots ou cernés de lianes…  J’adore ! Tout d’un coup, une mini-rivière verte nous coupe la route : des milliers de fourmis coupe-feuille se suivent à la queue leu-leu pour rejoindre leur fourmilière perchée dans un arbre. Elles portent toutes un morceau de feuille plus grand qu’elles sur leur dos, c’est fascinant ! 

Enfin, les arbres s’entre-ouvrent et on aperçoit au loin le bleu de l’océan, on y est presque ! Après une dernière descente très sportive, nous arrivons enfin à destination : la plage de Playa Brava. 

Jouer les Robinson à Playa Brava

C’est vraiment le cas de le dire ! On s’attendait à ce que cela soit incroyable, mais c’est encore mieux que ça ! Playa Brava est une magnifique petite plage nichée entre 2 collines du parc. Devant nos yeux s’étend d’abord une belle pelouse parsemée de cocotiers, puis quelques cabanes en bois en bord de plage suivi d’un sable blanc et d’une eau cristalline mais sauvage, les vagues sont vraiment violentes! Cette plage est très peu fréquentée et, malgré la haute saison, on ne doit pas être plus de 15 touristes. 

Après un lunch bien mérité, nous passons une après-midi divine à déguster des noix de coco fraichement tombées, à faire trempette et à bouquiner dans les hamacs installés sous notre cabane… On se sent un peu comme la famille Robinson !

Le soir, nous dégustons un savoureux poisson du jour au restaurant de l’auberge. Ils ont même un petit vin rouge chilien plutôt pas mal que nous sommes bien contents de déboucher ! Quelle belle fin de journée !

Après une telle journée, c’est sur un petit nuage que nous montons nous coucher dans notre cabane, et là … une colonie de cafards géants nous ramène rapidement à la réalité 🙁  Nous n’avions pas bien rangé notre nourriture et ils s’en donnent à cœur joie autour de nos sacs… Après une chasse aux cucarachas sans merci, nous nous glissons bien à l’abri sous la moustiquaire de notre lit et nous endormons bercés par le bruit du vent et des vagues. 

Cabo San Juan et le côté plus touristique du Parc

Jour 2, c’est aussi le son des vagues qui nous réveille! Globalement, nous avons tous bien dormi.  Johan et sa maman, qui sont les premiers levés, aperçoivent un toucan voler au-dessus des cabanes, la chance ! 

Après un bon petit-déj’ local (ils m’ont même préparé une option sans gluten), on met le cap vers les autres plages du parc, qui sont aussi les plus touristiques. A vol d’oiseau, elles sont vraiment proches, mais difficilement accessibles : à nouveau, nous devons escalader la haute colline qui nous sépare d’elles… 

Le chemin est aussi accidenté que la veille et les paysages similaires. On papote bon train lorsqu’une sorte de cri assez horrible interrompt notre conversation. Je n’ai jamais rien entendu de tel ! On pense que c’est un singe hurleur, mais malheureusement nous n’arrivons pas à l’apercevoir. 

Après 4h de marche, nous arrivons à l’endroit le plus connu du parc : Cabo San Juan. Quel changement ! Ce sont les grandes vacances colombiennes et ça se sent : les plages sont noires de monde, les restaurants bondés et des centaines de tentes sont installées. En faisant abstraction, nous arrivons à profiter des paysages qui sont magnifiques et d’une baignade sans crainte parce que les vagues sont moins fortes ici.

Vers 5h de l’après-midi on se remet en route… d’après d’autres touristes, il n’y a plus qu’une heure de route, et le soleil se couche tôt. On aurait dû mieux se renseigner… Une heure plus tard, on est loin d’être arrivé et la ballade n’est plus très sympa ! En effet, nos beaux sentiers se sont transformés en de boueux chemins empruntés par les chevaux ! En fait, presque tout le monde vient à cheval à Cabo San Juan, et là effectivement le trajet ne dure qu’une heure ! 😉  On termine donc à la lueur des lampes de poche de nos GSM… tout juste à temps pour prendre le dernier bus direction Calabazo. Ouf !

Nous n’aurons vu ni tamanoir ni jaguar, mais nous revenons des étoiles plein les yeux de notre magnifique expérience à Playa Brava ! 

Informations Pratiques

Horaires et Prix

Attention : A partir de 2020 le parc est fermé 3x par an afin de laisser à la nature le temps de se régénérer + il est recommandé mais pas obligatoire de prendre sa preuve de vaccin fièvre jaune. Dates de fermeture 2020:

  • 1er au 29 février
  • 1er au 15 juin
  • 19 octobre au 2 novembre

Ouvert de 8h à 17h, impossible de rentrer dans le parc après 17h car le soleil se couche tôt. En 2019, le coût d’entrée du parc était de 56 000 COP en basse saison ou de 66 000 COP en haute saison + assurance obligatoire (de mémoire environ 3 000 COP par jour, impossible d’y couper), regarder sur le site officiel pour une mise à jour des prix https://www.parquetayrona.com/es/

Où dormir ?

Playa Brava Teyumakke (dans le parc): Il y a à disposition un restaurant, des douches et des serviettes de bain. Possibilité de louer un hamac avec moustiquaire (plus économique). Fonction de la saison, environ 79 USD le bungalow pour 6 petit-déjeuner compris.

La Casablanca Tayrona house (à Calabazo) : Super hotel juste à côté de l’entrée du parc (5min à pied). Chambres grandes et propres et 2 piscines pour se relaxer ! Il y a un restaurant aux prix corrects qui offre tous les repas + une cuisine pour ceux qui veulent cuisiner eux-mêmes. Ils gardent vos valises si vous passez une ou quelques nuit(s) dans le parc. Environ 30 USD la chambre pour 2, petit-déjeuner compris.

Quel matériel ?

De bonnes chaussures respirantes,  shirt et t-shirts légers (la température moyenne annuelle est de 27degrés), maillot, crème solaire et anti-moustique. Prévoir beaucoup d’eau pour la première étape. Les prix de l’eau et des snacks sont relativement plus élevés dans le parc, donc tout ce que vous pouvez portez sans vous fatiguez permet de faire des économies.

Randonnée

Distances : JOUR 1 Calabazo – Playa Brava : 3h30 – 4h (prix pour un cheval : 80 000 COP) / JOUR 2 Playa Brava – Cabo San Juan : 3h (prix pour un cheval : 100 000 COP) + Cabo San Juan – Réception El Zaïno : 2h30 (cette partie n’est pas très agréable, je recommande de prendre un cheval). Remarque : partir de Calabazo pour sortir par El Zaine permet de ne pas faire un aller-retour. On peut facilement prendre le bus de la réception à el Zaino et un autre bus ou un taxi pour retourner à Calabazo à la fin du tour. `

Effort : moyen. Il faut une bonne condition physique pour pouvoir monter et descendre. Location de cheval possible pour environ 80 000 – 100 000COP/jour avec guide à pied. 

— Remarques —

Ce blog a été écrit originellement pour notre partenaire d’équipement sportif Lecomte

Je remercie comme d’habitude mon partenaire johandroneadventures.com pour ses magnifiques photos de drone 🙂

Ce post vous a été utile?

Average rating 4.7 / 5. Moyenne des évaluation 7

Ce post n'a pas encore été évalué ! Soyez le premier à voter.

Si vous avez trouvé ce post utile...

Suivez-moi sur les médias sociaux

Je suis désolée d'apprendre que ce post ne vous a pas été utile...

Aidez-moi à améliorer ce post;

Comment puis-je améliorer ce post?

2 commentaires

    1. Merci Karin! C’était vraiment très beau. La Colombie est un pays magnifique qui ne cesse de m’étonner. Je t’embrasse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *